La troisième guerre mondiale n’est pas encore terminée

di Giorgio Agamben

« Nous vivons une époque en crise. Je crois que nous n’avons pas encore touché le fond, ni même le milieu de la crise. J’y pense de plus en plus. Je suis convaincu que le scénario culturel, intellectuel, politique n’a pas encore exprimé toutes ses potentialités. Nous devons nous considérer à la fin de la troisième guerre mondiale ». La guerre dont parlait Dossetti dans cette interview de 1993 a été aussi dévastatrice, ou plus, que les deux premières, car elle a été menée uniquement par le mal, au nom du mal, entre des puissances également cruelles, même si en apparence il y a eu moins de sang répandu. Mais cette guerre, selon toute évidence, n‘est pas encore terminée, elle a pris d’autres formes, et nous sommes dedans sans parvenir à en voir la fin. Nous sommes dans la guerre planétaire contre le virus, partie prenante dans les mille guerres civiles qui divisent les peuples en leur sein, et impliqués malgré nous dans la guerre en Ukraine comme occasion d’une guerre blanche mondiale, ou plutôt conduite avant tout dans le langage et dans les têtes des hommes.

Il se peut toutefois que Dossetti ait eu raison et que cette interminable guerre coïncide en quelque sorte avec la fin, que la fin soit pour ainsi dire toujours en cours. « Nous sommes face à l’épuisement de la culture, ajoutait-il, je ne vois naître aucune pensée nouvelle ni du côté laïque, ni du côté chrétien. Nous sommes tous immobiles, fixés sur un présent qui cherche à se rafistoler  n’importe comment » . Les puissances qui se battent n’ont en réalité aucun salut ni aucune vérité à proposer : juste une menace dominante et continue de maladie et de mort, et la haine, et la guerre de chacun contre tous. En ce sens elles en sont à la fin et l’atroce guerre civile planétaire qu’elles mènent est la forme de leur fin.

5 Septembre 2022

[Traduzione di Annie Gamet di Giorgio Agamben, La terza guerra mondiale non è ancora finita, in Una voce. Rubrica di Giorgio Agamben, Quodlibet]

Questa voce è stata pubblicata in Traduzioni di Annie Gamet, Una voce di Giorgio Agamben - Quodlibet, Traduzione da Annie Gamet e contrassegnata con . Contrassegna il permalink.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *